Site Officiel de la Ville de Saint-Affrique

ville de


Actualité




> Actualité > Quoi de neuf

" Madame la Préfète,
 
Monsieur le Premier Ministre a précisé, le 19 avril dernier, les grandes lignes du « dé confinement » à partir du 11 mai. Je tiens particulièrement à attirer votre attention sur les conditions de mise en œuvre de ce dernier, dans le domaine scolaire « primaire à Saint-Affrique, de compétence municipale.
 
En effet, la commune gère le plus important groupe scolaire du département, avec 16 classes et 2 sites de maternelles. Aujourd’hui, 22 avril, et à 19 jours de l’échéance, la réouverture des écoles soulève de nombreuses interrogations.
 
Monsieur le Premier ministre a évoqué le « tandem » Préfet-Maire et des concertations afin de mener à bien cette opération. Opération qui, à mon sens, ne peut souffrir d’aucun amateurisme compte tenu des enjeux majeurs que sont pour moi, la santé des enfants, de leurs familles, de la population mais aussi de la reprise des activités socio-économiques.
 
Je mesure la difficulté de l’exercice, aussi il convient de mettre en place le plus rapidement possible les concertations annoncées et nécessaires.
 
Au vu de la communication du ministre de l’éducation, il semblerait que des stratégies de réouverture des écoles se préparent sans aucune concertation des maires dans les territoires. !!!! Or de par ses compétences, la commune devra quoi qu’il arrive assurer demain, les transports, l’accueil, l’entretien des locaux, la cantine et d’éventuels services périscolaires.
 
Cette réorganisation ne peut se passer d’une concertation et d’un échange constructif entre les services de l’Etat et chaque collectivité.   Pour ma part je suis preneur au plus tôt de réunions de travail afin d’élaborer une organisation optimale au service de la population mais également compatible avec la concertation et la protection des personnels municipaux qui seront massivement impliqués dans cette démarche.
 
En tout état de cause, je vous informe que je n’accepterai pas une stratégie de réouverture imposée sans concertation et que je considère qu’en l’absence de stratégie claire arrêtée au 28 avril 2020 je me réserve le droit de ne pas mobiliser les moyens de la collectivité dans cette démarche qui deviendrait pour le moins hasardeuse.
 
Dans l’attente, Je vous prie de croire, Madame la Préfète en l’assurance de ma haute considération. "
 
Le Maire     

Alain Fauconnier