Site Officiel de la Ville de Saint-Affrique

ville de


Actualité




> Actualité > Quoi de neuf

Vendredi 17 janvier 2020, la salle des fêtes de Saint-Affrique a accueilli les acteurs associatifs du territoire, les forces vives et les agents des collectivités pour la traditionnelle cérémonie des Voeux.

Devant un très grand nombre d'invités présents, M. Alain Fauconnier, Maire de Saint-Affrique et Président de la Communauté de Communes, a souhaité à l'ensemble de ses administrés une année 2020 à l'image des valeurs  qui font la particularité du territoire : "respect mutuel, de solidarité, de fraternité et d’unité".

 

Discours dans son intégralité :
"Monsieur le Sous-Préfet,
Mesdames et Messieurs les élus,
Messieurs les représentants de l’autorité militaire,
Monsieur le Capitaine de gendarmerie,
Monsieur le Lieutenant des pompiers,
Monsieur le Président du Centre de Gestion,
Mesdames et Messieurs les chefs de service des administrations,
Mesdames et Messieurs,

 

C’est avec une certaine émotion que je m’adresse à vous, en ce début 2020, pour vous parler de ce que, ensemble, nous avons, vécu en 2019.
A jamais, cette année restera gravée dans ma mémoire. Même si je n’aime pas particulièrement parler de moi –il est vrai que lorsqu’on est un homme public, les autres s’en chargent–, ce statut de personnage public, aussi modeste soit-il, impose un devoir de vérité.
C’est pour cela qu’en début d’année 2019, je vous ai annoncé, en toute transparence, que je devais faire face à des soucis de santé.

Pour cela, j’ai confié mes pouvoirs à mes adjoints et, en particulier, à Brigitte Caussat pour assumer mes absences de plusieurs mois pour la commune et pour la communauté à Michel BERNAT, premier vice-président.
Qu’ils en soient vivement remerciés.

Je veux également tous vous remercier, toutes et tous, en commençant par mon équipe municipale, les maires de la communauté de communes, et les personnels.

Je veux vous dire que les innombrables mots de sympathie que vous m’avez témoignés ne sont pas étrangers au fait que je suis parmi vous et en pleine forme.

Merci à mon équipe et au personnel.

A cet instant, je souhaite avoir une pensée particulière pour Annie DUPLOUY, qui nous a malheureusement quittés et qui a enrichi par sa présence notre équipe municipale.

 

Alors, en 2019, que s’est-il passé ?

Notre pays a connu une année de grande turbulence, révélatrice d’un sentiment d’exclusion d’une partie de la population et symbole du mal et du mal être de notre société.

Les gilets jaunes à Saint-Affrique se sont comportés dignement et nous avons noué des liens de respect mutuel malgré nos différences d'appréciations.

Il serait trop long d’illustrer la richesse et le foisonnement des activités de notre ville et de notre communauté des communes.

Dans le domaine de l’urbanisme, qui se déroule sur des temps longs, nous avons poursuivi les maîtrises foncières qui permettront les futures mises en chantier dans les mois et années à venir et qui redessineront notre belle ville.

Nous maîtrisons, en 2020, l’espace Monteils, avec l’aide de l’outil régional de l’EPFR d’Occitanie.

Je vous informe que, début février, nous démolirons l’emprise Artières et Cabanel à la gare, dans l’espoir que d’ici là, le juge d’expropriation ait fixé le prix du garage Sénégas pour que nous puissions le démolir et entreprendre le chantier qui restructurera cette zone.

Après plus de 5 ans d'études diverses, de centaines de réunions nous avons finalisé le plan aménagement de prévention des inondations (PAPI), outil indispensable pour faire financer nos travaux. Dès à présent, une somme de 75 000 euros a été budgétée pour les batardeaux. Les dossiers seront  financés à 60% grâce au PAPI.

Pour les autres mesures du PAPI, ce sera le travail prioritaire de la future municipalité.

Au niveau de la communauté de communes, j’ai signé, fin décembre, les derniers achats fonciers du Mialaguet et nous allons pouvoir démarrer les travaux pour installer les entreprises.

Merci à toi, Michel Bernat, pour ton investissement sur ce dossier compliqué et je suis ravi que tu puisses voir ce projet se réaliser avant ton départ.

Nous avons continué d’être vertueux dans le domaine de l’écologie et de l’énergie.

Les écoles publiques Jean Blanchard ont été remises à neuf et isolées pour le plus grand confort de tous. Reste à végétaliser la cour et nous aurons un merveilleux cadre de vie pour nos enfants.

Les éoliennes tournent et abondent le budget intercommunal de 110 000 € et 40 000 pour la commune.

La collectivité va entrer au capital de la société d’exploitation, ce qui apportera de nouvelles ressources financières.

L’équipement solaire de toutes les toitures publiques est engagé et nous devrions inaugurer celui du tennis, qui fut exemplaire car accompagné du désamiantage et d’un nouvel éclairage économe et performant.

Le bâtiment de la pétanque suivra avec beaucoup d’autres.

Le plan mobilité se déploie, en particulier le plan vélo, la voie verte et les nouveaux cadencements –Millau Saint Affrique au nombre de 13 avec le transport à 2 euros.

Merci à la Région Occitanie et à sa présidente Carole Delga.

 

Saint-Affrique a intégré le club fermé des Apicités (ami des abeilles) et la miellerie municipale tourne à plein régime grâce au dynamisme de l’association d’Apiculture de Saint-Affrique.
Quatre-vingt arbres mellifères ont été plantés sur la commune ainsi que sur les autres communes de la communauté. Cette opération sera renouvelée chaque année.

 

Enfin le réseau de chaleur unique en France par son ampleur pour une ville de moins de 10 000 habitants a démarré son activité et le basculement du gaz au bois se fera première quinzaine de février.

Il engendrera d’énormes économies financières aux nombreuses structures raccordées, en particulier l’hôpital. Je rappelle que l’investissement a été de 7 millions d’euros portés par la SEM Causse Energia sans que la commune n’ait à abonder de quelque euro que ce soit.

Le dossier de réhabilitation du cloître avance bien et là encore nous serons dans une stratégie très innovante d’éco quartier.

Merci au Parc des Grands Causses de nous avoir accompagné dans toutes ces aventures qui nous place au top dans le domaine de l'environnement au niveau national.

Le commerce de centre-ville est une vraie préoccupation. Même si Saint-Affrique est moins impacté que d’autres par la vacance de magasins de centre-ville, cela reste une vraie priorité.

Petit U a fermé et on annonce la fermeture prochaine de Netto.

Les moyens du contrat « bourg centre » avec l’Etat et la région Occitanie devraient nous aider à la recherche de solutions, mais le cadre réglementaire est étroit.

J’organiserai une rencontre avec les représentants du commerce et dans le cadre de notre office municipal du commerce à ce sujet.

Le quai et la maison de la famille sont le fruit de 3 ans de travail avec la CAF, les associations de la ville, de nombreux services et organismes pour mettre en place un espace de vie collectif pour réaliser des projets fortement financés par la CAF.

Il connaît un énorme succès pour le plus grand bonheur de Marie Jo PALIES qui s’est énormément investie sur ce dossier : Permanences de la CAF (plus de 50 personnes par semaine), ateliers de cuisine, projets environnementaux, aide aux devoirs et à la parentalité, thé ou café, etc....

Ce lieu de vie où se brasse la diversité familiale de la ville va contribuer à l’image d’une ville calme, citoyenne et solidaire.

Au niveau intercommunal 2019 a été une étape décisive sur le grand projet Roquefort. D’ici quelques jours, le syndicat mixte du Combalou, regroupant Région département communauté de communes et commune de Roquefort sera officiellement créé pour porter ce grand projet.

Enfin, l’hôpital et notre couverture sanitaire.

Ce dossier, vous le savez, je le connais et il a accompagné l’ensemble de mon parcours et pour tout vous dire, il n’est pas étranger à ma décision de reprendre la tête de ce combat.

Lorsque le problème est complexe il faut le ramener à quelques idées simples.

Le Ministère a enfin tranché sur le projet d’hôpital médian du sud Aveyron.

Cette décision aurait pu se faire il y a bien longtemps mais prenons acte !

Cette clarification a le mérite de donner un objectif pour les 6 ans qui viennent.

Pour autant, elle ne donne pas le chemin pour y parvenir. Je dirais même que la lettre est très claire à ce sujet : c’est à nous d’inventer ce chemin.

Mon analyse est très simple et se décompose en deux temps.

Une première période de tous les dangers qui est de deux ou trois ans environ et qui sera émaillée d’échéances politiques majeures qui correspondent à la période d’irréversibilité du projet.

Quand je dis irréversibilité, cela veut dire le passage à l’acte sur les infrastructures, la finalisation des financements, l’organisation sanitaire de notre bassin de vie autour de notre hôpital restant et les conditions d’apuration des dettes des deux structures.

Dans cette période, les coopérations doivent être équilibrées et à double sens. Si restructurations il y a, elles doivent être sur les deux sites et en aucune façon l’opportunité à la fin de cette première période de transformer l’hôpital médian en un hôpital unique à Millau après avoir dépouillé Saint-Affrique.

En résumé, soit on ne touche à rien, soit on touche à tout dans les deux sites.

Vous comprendrez tous que nous n’avons, nous, jamais eu la prétention de devenir hôpital unique.

Par contre nous n’avons pas la mémoire courte.

Nous nous souvenons de notre lutte pour s’opposer à ce type de solution qui était demandée par l’ARH et par nos voisins à l’époque.

La deuxième période ne posera pas problème dès l’instant où nous aurons bien défini nos exigences pour assurer l’organisation et la sécurité sanitaire de proximité de notre bassin de vie.

Je veux vous dire que là-dessus, Alain Fauconnier, votre Maire, sait où il va ou plus exactement où il n’ira jamais et que les barbelés sont clairement posés.

A ce sujet, dans les temps à venir, je prendrai des initiatives pour définir avec les usagers et les acteurs de santé hospitaliers et libéraux la stratégie que je vous ai présentée.

L’hôpital, la santé, c’est trop sérieux pour en faire un enjeu politicien.

Bien sûr que nous préfèrerions garder les deux structures avec tous les médecins tous les infirmiers, les ASH, etc ...

Mais je m’applique la citation de Jaurès : Aller à l’idéal et comprendre le réel,

Ainsi que : le courage c’est de chercher la vérité et de la dire.

Avant de conclure sur ce sujet, je veux soumettre, à votre réflexion, la chose suivante, le doyen de la faculté de médecine de Montpellier Nîmes a informé le GHT que je préside avec le directeur du CHU de Montpellier de la situation suivante :

  •  Dans les 5 ans qui viennent le remplacement des seuls personnels hospitaliers consommerait 125% des médecins sortants et dans les spécialités la situation est pire.

Je dis bien pour l’hôpital public sans compter les cliniques.

Donc acte ! Arrêtons de faire croire n’importe quoi sur la démographie médicale.

Avec l’aide de nos amis médecins, nous passons les ¾ de notre temps à chercher des médecins.

 

Voilà de façon très résumée ce que nous avons fait ensemble en 2019.

Dans la période qui s’ouvre nous ne pouvons rappeler tout ce qui a été réalisé en 6 ans.

Je ne sais quel sera le destin électoral de ceux qui se représentent le 15 mars prochain, mais je veux remercier chaleureusement tous les élus, tous les maires et adjoints de cette mandature pour leur dévouement, leur compréhension, leur contribution à l’œuvre commune.

A ceux qui quittent la vie publique je souhaite une retraite longue, active et surtout la santé.

Aux personnels et à l’encadrement, un grand merci. Sans eux et leur loyal engagement, rien ne serait possible.

Une mention particulière à notre DGS commun, Laurent Tabutin, qui doit, très souvent, concilier l’inconciliable et qui y parvient par je ne sais quelle alchimie.

Nous sommes dans une période de doute et de tension qui n’est pas qu’une simple revendication sociale, cela va plus loin que ça.

Nous sommes à la fin d’un cycle et à l’émergence douloureuse d’un nouveau monde ou plus exactement un nouveau modèle que l’on veut nous imposer avec l’aide malveillante des médias « perroquets ».

On veut nous faire croire que notre modèle social est un vieux machin qu’il faut ranger dans les poubelles de l’histoire.

Nous NOUS y opposerons, en poursuivant la construction de notre changement jour après jour, fruit d’une longue histoire.

Il sera le résultat de nos volontés rassemblées, de nos confrontations d’idées, de nos propres contradictions personnelles et collectives. Mais il sera surtout l’aboutissement de notre volonté de vivre ensemble dans nos différences pour donner du sens et une singularité à notre identité ouverte et généreuse.

Saint-Affrique c’est cela et de ma place j’y veillerai farouchement.

 

Je vous présente tous mes vœux pour 2020.

Que cette nouvelle année soit heureuse et douce à chacun d’entre vous.

Pour notre ville, qu’en 2020 nous protégions et amplifions la qualité et la spécificité du modèle Saint-Affricain, fait de respect mutuel, de solidarité, de fraternité et d’unité.

Je vous invite tous en 2020 à retrousser les manches pour que, rassemblés, nous continuons à faire avancer Saint-Affrique sur le chemin du progrès économique et social.

Saint Exupéry disait :

« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible ». C’est ensemble, en 2019, que nous l’avons rendu possible.

Je vous invite maintenant à partager le buffet préparé par les services. Si à l’origine, une animation autour du Roquefort était prévue avec la confédération générale des producteurs, vous comprendrez tous, au vu de l’accident survenu au sein de Société, que celle-ci est annulée. Je profite de l’occasion pour transmettre mes sincères condoléances à la famille et à l’entreprise LACTALIS.

Merci "


Chacun a poursuivi la soirée autour du verre de l'amitié tout en dégustant les toasts, mises en bouche et autres verrines salées et sucrées concoctés par les agents de la restauration centrale municipale. L'ambiance musicale était assurée par la formation héraultaise "Orane et les garçons".