Site Officiel de la Ville de Saint-Affrique

ville de


Découverte




> Découvrir Saint-Affrique > La ville

La salle des fêtes.

Vendredi 11/05/2007

Présentation et histoire du bâtiment communément appellé « Salle des fêtes », qui fut auparavant le Palais de justice de Saint Affrique…


En 1790, Saint Affrique est déclaré chef lieu d’un district et demande par la même d’être le siège d’un palais de Justice.
Après avoir occupé des appartements de la maison commune, la construction d’un Palais de justice est décidée.
Elle fut achevée en 1854. Elle dura environ 3 ans, les travaux débutèrent le 17 mai 1851, après 14 ans de gestation.

Bâtiment élégant de bonne facture, il est composé de deux ailes parallèles et d’un bloc central qui fait la jonction.
C’est dans ce dernier où se trouvait la salle des audiences.

En 1926, le tribunal civil est supprimé en même temps que la sous préfecture. Ce sont les tribunaux du commerce et d’instance qui siègent alors dans l’édifice et ce jusqu’en 1999.

En 1965, la commune de Saint-Affrique en fait l’acquisition et transforme le bloc central en salle polyvalente dite « Salle des fêtes ». Le sous sol voûté est quant à lui aménagé et prendra le nom de caveau. Nom encore utilisé aujourd’hui.

En 1994, le hall d’entrée situé dans l’aile nord du côté du jardin public est rénovée de fort belle manière. C’est ainsi que naquit la somptueuse « salle des colonnes », avec ses trois statues monumentales issues des réserves du Musées du Louvre.
Ces dernières sont : « une mère à l’enfant de Auguste Guenot, 1931 » et deux femmes en marbre de « R.Rivoire » et « Clevykinsbourg ».

Aujourd’hui, la salle des fêtes accueille beaucoup de manifestations comme des salons, quines, festivals, expositions, manifestations sportives et culturelles. Le caveau est plus utilisé pour des concerts mais accueille aussi de multiples autres événements.
L‘aile sud, désertée des tribunaux, accueille des associations.

Le 11 mai 2006, une plaque commémorative de la rafle de 1942 fut déposée sur le mur de la salle des fêtes nommant les 48 juifs, victimes de cette barbarie.