Vous etes ici  : 
Accueil > Découverte > La ville > La place de la Résistance baptisée "esplanade Roland Caumes"
La place de la Résistance baptisée "esplanade Roland Caumes"

Publication le Vendredi 22/12/2017

Vendredi 22 décembre 2017, la grisaille hivernale n'a pas terni la cérémonie qui s'est tenue sur le site du monument de la Résistance, en hommage à Roland Caumes dont le nom a été donné à ce site de la ville. 


Désormais, l'espace entre le rond-point de la Résistance et le pont du même nom s'appelle Esplanade Roland Caumes, du nom de ce grand homme Saint-Affricain, résistant , combattant de la liberté et engagé politique.

Hommage lui a été rendu par l'historien Henri Moizet, le maire Alain Fauconnier devant les enfants, l'épouse, la famille et les amis.

Allocution de M. Moizet en hommage à R. Caumes :

« Il y a plus fort que l’absence de la mort ; c’est la présence dans la mémoire des vivants ».

Nous sommes nombreux, en cette journée d’hiver, pour cet hommage à Rolland  Caumes.  Notre présence, dans la diversité des origines et des opinions, témoigne de notre volonté de nous souvenir durablement de l’exemplarité de celui qui fut, pour les uns un maître écouté, pour d’autres un camarade politique, mais qui pour beaucoup reste le résistant, combattant de la Liberté. Trois traits dominent dans sa vie : l’autorité morale, la fidélité à des choix assumés et le courage du citoyen.

Voilà des constats qui restent des valeurs dans notre société actuelle.

Bien sûr, nous sommes dans un autre contexte. Il serait stupide d’en proposer la simple imitation comme référence. A chacun de s’inspirer de cet engagement durant toute une vie, non comme un modèle intangible  mais comme un exemple à méditer. 

Et, pour vous, Mme Caumes, des constats qui vous replongent dans les souvenirs de votre histoire commune.

Nous savons tous que Rolland a toujours clairement affirmé ses choix et ses préférences idéologiques : elles étaient de gauche. Les évoquer aujourd’hui, et en ce moment, ne saurait offusquer quiconque. Mais chacun doit se souvenir, même si on ne les a  pas forcément partagées, qu’il les a défendues toujours avec sincérité, le plus souvent avec talent mais sans mépris ou intolérance contre ses adversaires. S’il fut pour eux un opposant irréductible, il n’en fut pas moins un contradicteur nuancé et respectueux. Ses adversaires d’ailleurs, malgré la dureté de la vie politique, n’ont jamais contesté son intégrité, tant  il avait su concilier la force de ses idées à un humanisme sans faille.

 

L’enseignant d’abord.

Combien d’anciens élèves se souviennent de son exigence intellectuelle. Mais derrière une certaine rudesse apparente, se cachaient  rigueur professionnelle et haute idée  du service public laïque. Il y apporta sa compétence, son dévouement à l’élève et, en définitive, son grand cœur.

Le militant politique ensuite.

Rolland a marqué son temps. Son éloquence naturelle, doublée d’une solide analyse des situations, lui a permis de tenir tête aux plus grands politiciens de l’Aveyron ou de passage. Mais plus que l’éclat du verbe ou sa répartie brillante, nous devons retenir l’argumentation précise nourrie d’une érudition étendue, bâtie sur la solidité des références historiques ou politiques. Dans les années trente, ses talents oratoires n’enflammèrent pas seulement les réunions politiques du cinéma le Moderne. Evoquons aussi  son engagement contre le Fascisme que traduisaient, avec une éclatante lucidité, ses chroniques publiées dans Le Roc, hebdomadaire socialiste du Sud-Aveyron, Dans le débat municipal encore, de  1977 à 1983, Rolland apporta, au groupe des huit, un lustre inhabituel.

 Le Résistant, enfin, qualification privilégiée par le choix de ce lieu dont il fut, en mai 1975, un concepteur écouté de la municipalité Montredon.

Ce troisième volet de sa vie forme un tout avec les 2 précédemment évoqués. Dans les Années noires, il en constitua le prolongement naturel.  Militant de gauche, attaché aux valeurs de la Laïcité, tout l’éloignait des orientations de l’Etat de Vichy.  S’il combattit la Collaboration avec le régime nazi, il refusa tout autant l’abolition de la République et la mort de la Démocratie. Aussi, lui, l’instituteur du Front populaire devint tout de suite la cible du régime pétainiste. Jugé « antinational », le voilà sanctionné arbitrairement pour délit d’opinion et éloigné de Saint-Affrique dans le Nord - Aveyron,  « déplacé d’office » selon la formule de l’Etat français. Si elle le réduisit temporairement au silence et à la surveillance policière, cette sanction arbitraire réactiva son opposition intransigeante. Il trouva, dans cette région de Brommat où on croyait l’isoler, d’autres patriotes notables et ouvriers. Avec eux, il participa à la mise sur pied des MUR et de l’AS à Mur-de-Barrez et Espalion. Il devait aussi, Mme Caumes, vous y rencontrer.

A la Libération, beaucoup espérèrent de profondes réformes sociales et économiques, selon le programme du CNR du 15 mars 1944. Rolland était l’un d’eux et l’exprima dans le journal Renaissance du Peuple« Militant ouvrier », c’était son expression, il s’éloigna de ses anciens amis et devint le compagnon de route du PCF. Ses talents en firent un candidat aux législatives de 1946 puis lors des cantonales de 1949. Ce n’était pas la meilleure voie pour faire une carrière politicienne dans le Sud-Aveyron. Mais ce fut sa participation désintéressée au combat pour une espérance démocratique, à ses yeux,  plus porteuse de progrès.

Pourquoi aujourd’hui un tel hommage par cette trilogie?

Sa ligne politique, il l’a souvent répété, fut écrite dans la clarté, sachant même reconnaître ses erreurs  Il garda son franc-parler, exerça son esprit critique et fit preuve toujours d’un grand courage. Sa loyauté au service de ses idéaux ne supportait, en effet, aucune entorse à la règle. Cela a pu d’ailleurs provoquer bien des incompréhensions.  Mais elle lui a conféré la stature d’un homme droit, sans concession carriériste ni reniement déshonorant. Ses conseils adressés aux plus jeunes, conciliaient ses solides convictions avec l’indispensable adaptation à la conjoncture politique. Respectée parce que respectable, son équation personnelle dépassait très largement son parti. Soyons fiers d’avoir été à ses côtés, un court instant de l’histoire politique de cette ville.

Son effort pour Sauvegarder la mémoire de la Résistance fut constant.

Il ne s’agissait surtout pas de glorifier les seuls actes militaires si méritoires soient-ils. En sauvegardant la Démocratie et les valeurs républicaines contre fascisme,  xénophobie et racisme,  la Résistance, force sociale disait-il, incarnait pour les jeunes un message de civisme, de clairvoyance et de courage. Il nous fit découvrir ces femmes et ces hommes du Saint-Affricain, torturés, morts au combat ou déportés. Dans cette oeuvre collective, il fut  un passeur de mémoire, discret mais efficace, dont nous entendons prolonger les itinéraires.

 

Cet hommage n’est pas un point final à une existence riche d’engagements. Il nous appartient désormais de faire en sorte que la mémoire de Rolland  Caumes perdure dans le Saint-Affricain, avec ces points d’ancrage : enseignement, citoyenneté et résistance.

 

Cette plaque y contribuera, sans aucun doute possible, à proximité de cette « Pierre levée de l’impossible oubli » comme il aima à la décrire.

Henri MOIZET

 

 

 

 

 

 

 

 

 



defaut
 
  •   L'historien Henri Moizet a rendu hommage au résistant et à l'homme engagé que fut Roland Caumes 
L'historien Henri Moizet a rendu hommage au résistant et à l'homme engagé que fut Roland Caumes 
MAIRIE de Saint-Affrique

1 place de l'Hôtel de Ville,  12400 Saint-Affrique
tel : 05 65 98 29 00 - fax : 05 65 49 02 29

Horaires d'ouverture
du lundi au jeudi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
le vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 16h30
interagissez
Adresse e-mail*:
Nom Prénom*:
Description:
Les champs en noir sont obligatoires, ceux en gris non obligatoires.
Votre adresse e-mail doit être valide pour pouvoir vous contacter.
Cliquez sur 'voir avant envoi' pour vérifier votre saisie...

Vos données personnelles seront conservées une quinzaine de jours le temps de traitement de votre message.
 
© Copyright ville de Saint-Affrique 2012 - Mentions légales
Actualité
Agenda
Cinéma
Météo
Quoi de neuf
Découverte
La ville
Maison de la mémoire
Personnages
Jumelage
Un monde de Marionnettes
Nouveaux arrivants
Infos Pratiques
Vos démarches
Plan de ville
Les marchés
Recherche
Accès ville
Hébergement
Où se garer?
Informations Pratiques
Mairie
Contact
En lien avec vos élus
Conseil Municipal
Services municipaux
Marchés publics
Publications
Bouger
Culture
Associatif
Initiatives
Les salles
Animations
Sport
Equipements sportifs
Centre équestre
Cadre de vie
Environnement
Développement durable
Stationnement et circulation
Propreté de la ville
Travaux et aménagements
Urbanisme
PLU – PPRI
Construire à Saint-Affrique
Concertations et enquêtes publiques
Actualité
Grands projets
Publications
Eau et assainissement