Vous etes ici  : 
Accueil > Mairie > En lien avec vos élus > Hommage d'Alain Fauconnier à Jack Ralite
Hommage d'Alain Fauconnier à Jack Ralite

Publication le Mardi 14/11/2017

Jack Ralite, ministre communiste du gouvernement de Pierre Mauroy, sous la présidence de François Mitterrand, en charge de la santé ; décédé dimanche 12 novembre 2017.


"Ce fût un très grand ministre communiste de la Santé de François Mitterrand. Cela aurait pu être un très grand ministre de la culture.

J’ai eu la chance et le bonheur de côtoyer au Sénat, trop peu souvent hélas, ce personnage exceptionnel, d’une culture infinie et d’une douce amabilité. Comme Robert Badinter, ses interventions lumineuses imposaient le silence, le respect et les applaudissements quelquefois sur tous les bancs.

Dans cette période de doute où la gauche doit se refonder et réécrire une histoire pour redonner une alternative au tout libéralisme et au tout marché, je vous invite à lire son admirable intervention sur les lois de l’audiovisuel à la tribune du Sénat le 7 janvier 2009. A cette occasion, Jack Ralite nous décrivait sa vision de la culture, de la création et plus généralement de la liberté du créateur.

Extrait :

Quant à la politique de création, il faut la libérer de l’esprit des affaires qui, pour l’heure, l’emporte sur les affaires de l’esprit. Aujourd’hui, il faut en avoir conscience, tout un « beau monde » tire l’art vers le bas en le marchandisant à outrance, en le transformant en marques et produits, ce que Claude Lévi-Strauss, dont nous avons récemment fêté le centième anniversaire au musée du quai Branly, exprime dans Tristes tropiques par cette phrase terrible : « L’humanité s’installe dans la monoculture, elle s’apprête à produire la civilisation en masse comme la betterave. »

Comme il l’a écrit à sa ministre de la culture le 1er août 2007, Nicolas Sarkozy préfère répondre à la demande. Or la réponse à la demande, c’est la logique du marketing. Elle conduit à une politique au plafond bas, à l’opposé de l’exigence de Vilar d’« offrir aux gens ce qu’ils ne savent pas encore qu’ils désirent ».

Il faut savoir, comme le disait Man Ray, que « la différence entre les hommes politiques et les artistes, c’est que les artistes n’ont pas besoin de majorité ». De la même façon, le divertissement, le rire, le plaisir, l’intelligence, la science n’ont pas besoin de majorité. Ils doivent trouver leur place dans le cadre d’une télévision généraliste, une télévision qui ne rabote pas les savoirs et les créations sauvages.

 […]

En conclusion, je dirai que les lois Sarkozy présentent le défaut fondamental de traiter l’audiovisuel et les médias comme un monde fini alors que ce monde, comme la vie d’ailleurs, est ouvert à l’infini. Lorsque je dis « fini », c’est fini dans la situation actuelle, sous le règne provisoire de M. Sarkozy.

Déjà, le 18 mai 1857–c’est un problème permanent–Flaubert écrivait : « Aucun grand génie n’a conclu et aucun grand livre ne conclut parce que l’humanité elle-même est toujours en marche et ne conclut pas. Homère ne conclut pas ni Shakespeare, ni Goethe, ni la Bible elle-même. »

L’histoire de la télévision n’est jamais écrite, un point c’est tout ! Il faut prendre au sérieux l’inachèvement. Or les lois Sarkozy fossilisent l’inachèvement alors que tout est processus, surtout en ces temps d’impétuosités financières et technologiques qui ne peuvent être considérées comme un fatum. Elles résultent des orientations néolibérales qui inspirent toute la politique sarkozyenne. Les lois Sarkozy se présentent comme un tout, un accomplissement définitif. Leur auteur n’aime que les « actes-puissances », les « actes-fins » et, en fait, ne rêve que de retour à l’ordre. C’est inscrit au cœur de sa loi : il veut une télévision pédagogique, culturelle, une « télé-école » s’adressant à des citoyens considérés comme des élèves, signifiant par là même que la véritable école serait la télé.

Et, en même temps, il veut une télé sans rivage, mais non sans mirage, parce que commerciale : la « télé-caddy ». On aurait ainsi une combinaison, dans la société que Sarkozy vit comme délitée, de deux lieux encore porteurs de « socialité » : le petit écran et l’hypermarché.

Le chercheur Pierre Musso écrit que « c’est couper la représentation du monde en deux en opposant l’État grand éducateur au marché libre et divertissant. Tel est le message subliminal, la dichotomie que ce projet de loi voudrait inscrire dans l’imaginaire populaire des téléspectateurs : tantôt vous êtes des citoyens que l’État éduque et surveille, tantôt vous êtes des consommateurs dont le marché se plaît à satisfaire les désirs».

Bien évidemment, nous refusons cet État surveillant général de la consommation et de l’imaginaire populaire. Si on laissait faire, on courrait le risque de perdre un bijou de mémoire, illustré par cette vieille mais fulgurante maxime : « On noue les bœufs par les cornes et les hommes par le langage. »

 

Merci Monsieur Ralite, respect."

 

 

Alain Fauconnier

Président du Parc naturel régional des Grands Causses

Président de la Communauté de communes du saint-affricain

Maire de Saint-Affrique

Ancien Sénateur de l’Aveyron

 



defaut
 
  •  
MAIRIE de Saint-Affrique

1 place de l'Hôtel de Ville,  12400 Saint-Affrique
tel : 05 65 98 29 00 - fax : 05 65 49 02 29

Horaires d'ouverture
du lundi au jeudi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
le vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 16h30
interagissez
Adresse e-mail*:
Nom Prénom*:
Description:
Les champs en noir sont obligatoires, ceux en gris non obligatoires.
Votre adresse e-mail doit être valide pour pouvoir vous contacter.
 
Vos Commentaires

© Copyright ville de Saint-Affrique 2012 - Mentions légales
Actualité
Agenda
Cinéma
Météo
Quoi de neuf
Découverte
La ville
Maison de la mémoire
Personnages
Jumelage
Un monde de Marionnettes
Nouveaux arrivants
Infos Pratiques
Vos démarches
Plan de ville
Les marchés
Recherche
Accès ville
Hébergement
Où se garer?
Informations Pratiques
Mairie
Contact
En lien avec vos élus
Conseil Municipal
Services municipaux
Marchés publics
Publications
Bouger
Culture
Associatif
Initiatives
Les salles
Animations
Sport
Equipements sportifs
Centre équestre
Cadre de vie
Environnement
Développement durable
Stationnement et circulation
Propreté de la ville
Travaux et aménagements
Urbanisme
PLU – PPRI
Construire à Saint-Affrique
Concertations et enquêtes publiques
Actualité
Grands projets
Publications
Eau et assainissement